Kenryoku School

Bienvenue à la Kenryoku School, une école spéciale pour des élèves élus.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La diplomatie est l'arme des faibles {Orihime} [Terminé]

Aller en bas 
AuteurMessage
Orihime Kagi
Head shot
Head shot
avatar

Messages : 307
Date d'inscription : 20/03/2012
Age : 22
Localisation : T'aimerais le savoir, hein ?

Feuille de personnage
âge (classe): 16 ans - Première
Pouvoirs:
Points de vie:
15/15  (15/15)

MessageSujet: La diplomatie est l'arme des faibles {Orihime} [Terminé]   Mar 20 Mar - 23:01

.: Acte I : La scène d’exposition :.

Nom : Kagi
Prénom : Orihime
Pseudonyme - Surnom : Red Tail
Age : 16 ans
Sexe : Féminin
Race : Humaine
Orientation Sexuelle : Hétérosexuelle
Classe d’école : Première
Classe de pouvoir et pouvoir : Liée - deux Beretta 84 F : Ebony & Ivory
Grade : B

Acte II : La pièce



Scène 1: Les costumes et maquillage


Hum, voyons. Une description ? Mais on ne peut pas décrire LA Beauté avec un "B" majuscule ! Comment ça je suis obligée ? Déjà, vous, je vous aime pas, alors restez pas trop dans mon champ de vision si vous voulez pas avoir du plomb dans la cervelle !
Où en étions-nous ? Ah oui, je disais donc, ma description...Je suis faite comme un être humain normal, avec deux yeux et pas trois cents ! Ces yeux ont une couleur qui ressemble fortement à celle de la pierre précieuse que l'on nomme améthyste. Sur mes lèvres, vous pouvez souvent voir un sourire moqueur. Ce dont je suis la plus fière sont mes cheveux. Ils me tombent au niveau des hanches et ont une belle couleur qui varie du rouge sang lorsqu'il fait sombre au roux éclatant en plein soleil. Non, je ne suis pas un caméléon.
Passons maintenant au reste de mon corps, vous avez déjà vu une tête se balader toute seule, vous ? J'ai une taille qui approche le mètre soixante-dix avec une silhouette élancée. Coté poitrine, merveilleuse arme pour distraire un adversaire masculin, c'est convenable, assez sans être trop (Sondage collecté chez la gente masculine).
Ma garde-robe se constitue principalement de robes courtes, de T-shirts, de shorts et de mini-jupes sans oublier les chaussettes hautes et les bottes. Le tout dans des couleurs sombres, bien évidemment. Pour mes cheveux, je préfère les attacher, ça évite des les avoir dans la figure lorsque je combats, ce qui pourrait être très gênant.
Quant à mon tatouage, il est situé sur mon omoplate droite, il représente un revolver, de la même marque que mes armes, en train de tirer une balle. Le canon est dirigé vers mon cou.


Scène 2: Le jeu du personnage



Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, je déteste qu’on me donne des ordres. Lorsque mon interlocuteur s’obstine, je fini toujours par l’assommer avec la crosse d’un de mes revolvers. Oui, j’ai mauvais caractère, et alors ? Le type de personne que je ne peux pas supporter non pus sont les gens prétentieux. Ils peuvent parler d’eux pendant un nombre incalculable d’heures sans jamais se fatiguer, c’est quand même un exploit ! Mais bien sur, tout ce blabla ne m’intéresse pas du tout, mais alors pas du tout ! Moi, j’aime quand on dit simplement l’essentiel sans chercher à faire de longues phrases compliquées.
Les choses que j’aime ? J’avoue qu’il n’y en a pas beaucoup. Si je vous dis les hommes, ça compte quand même ? Pas tous, bien sur, seulement ceux que je juge potables. Ensuite, vient les armes. Je leur voue une grande fascination. Comment une si petite chose peut-elle tuer aussi facilement quelqu’un ? C’est leur mystère. Et j’aime ça, le mystère. C’est pour ça que j’aime disparaitre pour aller voir ailleurs de temps en temps. Mais bien sur, y’a toujours quelqu’un pour venir me chercher de gré ou de force au bout d’une semaine. Le pire, c’est qu’ils arrivent toujours à me retrouver. Mais c’est rare. la plupart du temps, je reviens de moi-même car je ne peux pas me battre correctement en dehors de l’enceinte de l’école, c’est dommage. Remarque, ce serait un peu l’anarchie...
Autre chose : j’aime jouer des sales tours aux gens. Alors, méfiez-vous car j’arrive !

Scene 3: Les péripéties



♦ C'est la première fois que j'écris dans un carnet. Est-ce que je dois lui donner un nom ? Norbert le Carnet. Quand même pas, non. Si j'ai bien compris ce que m'a expliqué ma mère, il faut écrire tout ce qui me passe par la tête dans ce carnet. Elle me l'a d'ailleurs donné lorsqu'elle n'était plus malade, ce qui est rare. En ce moment, c'est plus fréquent. Elle se plaint, dit des gros mots, me frappe et vomit partout. Mais je nettoie avant que papa rentre, sinon ils vont encore crier et je vais avoir peur. J'aime pas quand papa frappe maman, ça me fait peur.
Alors, je vais commencer par parler de moi, après tout c'est moi la plus importante dans ma vie non ? Je m'appelle Orihime. Mon père m'a expliqué qu'ils m'avaient appelée comme ça parce que je ressemblais à une princesse à ma naissance. Seulement à ma naissance ? Ma mère a quitté son travail lorsqu'elle a rencontré papa. Je ne sais pas ce qu'elle faisait mais mon tonton a dit qu'elle travaillait dans une maison close. C'est une maison où tout est fermé ? Je lui ai demandé ce que ça voulait dire mais il a dit que j'étais trop jeune. J'en ai marre, je suis soit trop petite soit trop grande ! Mon père, il m'a déjà dit ce qu'il faisait mais c'était une sorte de nom bizarre. Yazuka ou yakazu, je ne m'en rappelle plus exactement. En tout cas, parfois, il y a plein de messieurs en costumes qui viennent chez nous discuter avec papa. Maman dit qu'un jour, il lui arrivera malheur. Je me demande bien pourquoi.

♦ Aujourd'hui, je suis allée dans la Pièce Interdite, celle tout au fond de notre petit appartement. Il y avait plein d'armes partout et je dois avouer que je les ai trouvées très belles. Et puis, je les ai vus. Ils étaient là, posés sur une table basse. Deux pistolets d'une couleur aussi sombre que la nuit. Je n'ai pas put m'empêcher de les touchés, de les prendre. La sensation du métal froid contre ma peau me donna l'impression qu'une décharge électrique parcourait mon corps. Enfin bref, vous l'aurez compris, je ne voulais plus quitter ces deux merveilleuses armes. Je les pris donc discrètement en les coinçant dans ma ceinture, sous mon pull. Si mon père avait remarqué cette disparition, il n'a, en tout cas, fait aucune mention de cela.

♦ Et bien sur, ce qui devait un jour arriva. Des hommes en noir, masqués et armés eurent le culot de débarquer chez nous en pleine nuit. Autant vous dire que j'ai juste eu le temps d'aller me planquer dans un des placards avant qu'ils ne pensent à moi. Ils trainèrent mon père au milieu du salon et commencèrent à le rouer de coups. Je voulais l'aider bien sur, mais que pouvez faire une fille de dix ans contre toute une bande de yakuzas ? J'aurais put, certes, tous les dégommer à coup de pistolet mais voyez-vous, je m'étais lever si vite que je les avais oublié dans mon lit. Ça pouvait être une erreur fatale. Mais alors que je lamentais sur mon sort, mes armes se matérialisèrent d'elles même dans mes mains. Hébété, je les fixai un instant avant de débouler dans le salon en poussant un hurlement à vous en crever les tympans. je n'y peux rien, je m'étais cogner le coude en sortant du placard...Bref en deux minutes, le ménage était fait. Résultat des courses : un papa à moitié mort, une demi-douzaine de malfrats avec une balles dans la tête ou dans le cœur et le tapi de maman, couvert de sang, complètement foutu. C'est sûr, je vais encore me faire engueuler !

♦ Désolée le journal, mais avec l'entrainement que je dois subir, je ne peux pas vraiment écrire ma vie sur tes pages. En tout cas, papa parait fier de moi. Mais je sais que je suis qu'une arme pour lui. Une arme dangereuse qui pourrait un jour se retourner contre son propriétaire...

♦ Je ne crois pas à ce qu'il m'arrive ! En ce moment, je suis entre deux poubelles, dans une ruelle sombre. A cause de ses dettes accumulées, ma famille a fini par se faire assassinée par de plus puissants. J'ai juste eu le temps de passer par la fenêtre pour sauter sur le toit de l'immeuble voisin afin de m'enfuir. Je ne leur ai plus porté secours comme la première fois. Il était plus nombreux. Leur destin était déjà tout tracé. Et puis, je suis trop intelligente pour mourir maintenant ! Je veux vivre, bordel !

♦ Je vais te faire un bref résumé de ces derniers mois avant de te fermer pour plusieurs années. Après ma fuite, j'ai intégré un groupe de yankees. Je me suis rapidement faire connaitre dans le milieu et on a commencé à m'appeler "Red Tail". Malheureusement, lors d'un règlement de compte, plusieurs d'entre nous ont été arrêtées. Je faisais malheureusement partie du lot. J'ai été enfermée pendant deux jours sans aucune nouvelles. Et là, un poulet vient de me dire que pour ma bonne conduite et mes capacités, je dois intégrer une école spécialisée pour les personnes de mon espèce. J'espère qu'ils ne vont pas m'envoyer dans un asile !

Scène 4: Les effets spéciaux



Un pouvoir ? J'appelle pas vraiment ça un pouvoir, moi ! Bon d'accord, tout le monde ne peut pas faire apparaitre ou disparaitre ses armes lorsqu'il le désire. Cependant, il m'a quand même fallu du temps pour maitriser cette partie de mon pouvoir. La première fois, je les ai envoyés en Alaska. Comment j'ai fait pour les retrouver ? Peut être un fil invisible qui me lie à eux, je sais pas vraiment en faire. C'est naturel. Pour éviter tout incident, je préfère les garder à portée de main, dans leurs étuis situé sur mes jambes. Imaginez-vous si je me retrouve face à un ennemi sans armes. Je ne suis en aucun cas suicidaire !
Et bien sur, pour toute arme, il faut des cartouches. Les balles de couleur noire sont des balles simples pour les humains normaux, on va dire. Les balles bleues sont des balles paralysantes, le temps de paralysie dépendant du type d'adversaire sur lequel elles sont utilisées. Les balles rouges qui explosent lorsqu'elles rencontrent un obstacle. Et enfin, les balles violettes qui sont très fines et possèdent un poison mortel qui agit dans les minutes à venir.

Machinisme



Accessoires et doublages


Pour le plaisir, je peux très bien utiliser des armes à feu de plus gros calibre.

Interview de l'acteurs :

Prénom ou pseudo : Jo'
Âge : 15 ans
Comment as-tu découvert le forum ? Par Nash
Des suggestions pour améliorer le forum et qu’en penses-tu ? Ce serait de bien des "s" au menu des présentations, car il y en a plusieurs dans la catégorie.
Combien de fois par semaine pense-tu passer ? 7/7
Depuis combien de temps fais-tu du RPG ? Environ deux ans
Autre choses ? : Let's Rock, Baby !
Avatar pris :
Code : [OK by Nash]


Dernière édition par Orihime Kagi le Jeu 22 Mar - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://herenis.forumgratuit.org/
Nanashi Himeji
Yu-gi-oh !
Yu-gi-oh !
avatar

Messages : 351
Date d'inscription : 10/02/2012
Localisation : Dans un arbre

Feuille de personnage
âge (classe): 17 ans en 1ère
Pouvoirs:
Points de vie:
13/16  (13/16)

MessageSujet: Re: La diplomatie est l'arme des faibles {Orihime} [Terminé]   Mer 21 Mar - 21:48

Salut ~
Le code est bon et validé. Je n'aie rien à dire pour la fiche elle est bien et le grade est bien évalué. En bref je n'aie rien à dire et te souhaite la bienvenue !
Tu es validée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
La diplomatie est l'arme des faibles {Orihime} [Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kirill Moltchaline - "Les plus grands philosophes n'ont-ils pas dit que la morale était l'invention des faibles?"
» Créations diverses du marchand de mort.
» Améliorer une arme déjà mortelle ? [Terminé]
» Chez Eäràr, maître d'arme.
» Changements tant attendus dans la Diplomatie Haitienne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kenryoku School :: L'Admission :: Présentations :: Présentations validées-
Sauter vers: